La Motte Chalancon

Français (Fr)English (UK)
There are no translations available.

Philis de La Charce, héroïne des Baronnies

Philis de La Charce Cinquième enfant de Françoise et Pierre de la Tour-Gouvernet, famille protestante bien connue des Baronnies, Philis est née à Montmorin en 1645. Sa vie a été marquée par deux événements majeurs. De 1672 à 1674 séjourna à Nyons –où la famille de la Charce passait l’hiver- Mme Des Houlières, poétesse connue qui lui fit troquer son prénom Philippe contre Philis, un personnage de l’Astrée d’Honoré d’Urfé. En 1692, soit 6 ans après sa conversion au catholicisme au lendemain de la Révocation de l’Edit de Nantes, le Dauphiné fut envahi par l’armée du duc de Savoie. Il s’empare d’Embrun, puis de Gap le 30 août, avant de battre en retraite à partir du 12 septembre, la localité atteinte la plus occidentale étant Veynes.Philis de La Charce

Sur le rôle qu’a pu jouer Philis de la Charce, les historiens ont débattu pendant plus d’un siècle. Il semble bien qu’elle se soit simplement opposée, avec les habitants de Montmorin où elle séjournait souvent l’été, à une bande de pillards venue « faire payer la contribution ».

Grâce à ses relais parisiens (Mme de Sévigné, Mme Des Houlières, sa soeur marguerite – Sapho – lectrice auprès de la duchesse de Nemours) Philis est présentée comme une héroïne ; elle sera même qualifiée au XIXe siècle de « Jeanne d’arc du Dauphiné ».

Lors de son séjour à Paris, elle fut gratifiée d’une pension par le roi Louis XIV de 2000 livres, d’un portrait par Pierre Mignard et d’une dédicace de Charles Perrault. Une citation par Voltaire, trois autres portraits, trois romans, une statue, un nom de rue dans trois villes, sans oublier l’homérique dispute historique depuis la fin du XIXe siècle et sa présence systématique dans les publications locales et régionales fin XXe – début XXIe siècles montrent la perpétuation de la geste légendaire de Philis.

 


Le Château de La Charce

Chateau de La CharceConstruit par René de la Tour-Gouvernet (arrière grand-père de Philis) dans le 3ème quart du XVIe siècle, c’est un bon exemple de l’architecture de la Renaissance : fenêtres à meneaux, escalier intérieur monumental et décoré de deux croisées d’arcs par palier.

Chateau de La CharceCe corps de logis, restauré dans les années 1980 – est flanqué de deux tours rondes ; il dessine un rectangle imparfait (26 m de long pour une largeur de 8 m à l’ouest et 9 m à l’est). Les deux tours nord sont détruites depuis le XXe siècle.

Les éléments défensifs – bouches à feu des tours, pont-levis protégeant le portail, ouvertures minuscules au rez-de-chaussée – évoquent le contexte des Guerres de Religion.

 


Les Amies de Philis

Les Amis de PhilisAssociation créée en 1987, elle organise – entre autre – des expositions et des conférences dans le cadre du « marché provençal » début août à La Charce (Château, La Charce, Lavande, Tilleul, vallée de l'Oule, Géologie, Caprins, Philis). Sans oublier le projet du « retour » de la statue de Philis à La Charce.

 




 

Photos Robert LAUDET - Michel MUNIER


Pour en savoir plus, lire le N° 2003 des Cahiers de l’OULE (Jean-Claude DAUMAS) : « Philis et son château » 3e édition, édité par le Club Sportif et Culturel Mottois.

Retour